vendredi 1 juillet 2011

Premières impressions sur la tablette Asus Eee Pad Transformer : fromage et dessert


Un exemplaire de la tablette tactile Eee Pad Transfomer s’est échoué sur la plage de la Tribune de Genève. Il s’agit d’un «pre-production sample», détail qui aura son importance pour la suite de ce billet. Conçus par le taïwanais Asus, l’objet arrive à point nommé, soit juste au moment ou l’on commençait à désespérer de dénicher une tablette qui ne se contente pas de rester dans le sillage de l’iPad.

Sa particularité? En solo, nous voilà avec une bien belle ardoise au format 16:9, doté d’un écran réactif permettant des consultation agréable de contenus divers et variés.
Arrimé à un clavier, l’objet devient un Netbook qui n’a rien à envier aux "nés purs" et bénéficie d’un surcroît d’autonomie porté à 16 heures (autonomie doublée) avec une charnière qui inspire désormais confiance (cela a changé depuis sa présentation au salon de Barcelone, me chuchote le camarade Xavier). La tablette bénéficie alors d’un clavier efficace et d’un trackpad qui ne l’est pas moins. Le tout est fédéré par la dernière version du système d’exploitation Google Android, dans sa version 3, soit celle adaptée tout particulièrement pour les grands écrans et non pour ceux des smartphones.

Nos premières impressions sont très positives puisque, à cette heure, nous n’avons pas trouvé de véritable défaut dans la cuirasse. En mode tablette, le Transformer se comporte comme telle, sans rien oublier. En mode Netbook, itou. De plus, la machine change de statut de manière totalement transparente et on retrouve très vite les réflexes d’usage liés à chacune de ces objets. Le clavier est de plus adapté aux usages de frappe romands, ce qui n’allait pas de soit il y a quelques mois encore.

On relève cependant tout juste quelques difficultés pour atteindre facilement quelques caractères spéciaux dans certains cas particuliers. Il reste aussi à déterminer si, en mode Netbook, l’ardoise peut véritablement se substituer à un ordinateur portable pourvu d’un système d’exploitation «classique » (MacOS, Windows ou Linux). On soupçonne que la réponse sera variable selon les cas. La question reste à creuser.
Mais pas dans l’immédiat car notre exemplaire, de pré-production vous vous souvenez, refuse obstinément de se recharger ce qui complique la moindre la suite du test. On y reviendra donc avec un nouvel exemplaire capable de supporter la charge. L’Asus Eee Pad Transfomer se décline en diverses versions, wi-fi seulement ou wi-fi et 3G avec 16 ou 32 Go de mémoire. En Suisse, son prix constaté va de 489 à 739 francs.

2 commentaires:

  1. J'ai cette tablette depuis environ 15 jours. J'ai du mal à comprendre pourquoi vous n'avez qu'une version de préproduction.

    Jusqu'à maintenant, je suis entièrement satisfait par la tablette. Le fait d'avoir android et pas un OS classique m'avait un peu effrayé je dois dire (surtout le manque de la suite MS office). Mais jusqu'à maintenant, cela ne m'a pas du tout gêné.

    Comme vous, je n'y ai pas encore trouvé une véritable raison de me plaindre.

    RépondreSupprimer
  2. Nice Post! Being in the IT world, you must stay focus on what you are doing and concentrate. Every single detail is important.


    HOSTING SERVIES
    HOSTING IT
    IT HOSTING

    RépondreSupprimer