vendredi 2 mars 2012

Barcelone 2012: un bilan tout en nuances

Le Mobile World Congress (MWC) de Barcelone a fermé ses portes jeudi après quatre jours de fièvre technologique. Quelque 60'000 visiteurs ont fait le déplacement. Si la course à la puissance s'est poursuivie, on sent que certains constructeurs essaient de maîtriser leur créativité.

Le meilleur exemple d’une tentative de resserrement de gamme est illustré par Sony et HTC qui avaient convié la presse la veille de l’ouverture de la manifestation. Les deux constructeurs ont chacun braqué les projecteurs sur trois modèles principaux, clairement positionnés.

Tous les articles sur Barcelone 2012

Ma synthèse à La Télé diffusée le 1er mars

Moins de produits
Sony et HTC avec leurs gammes respectives « One » et « NXT » veulent probablement mieux se positionner sur le marché des smartphones du bas jusqu’au haut de gamme. Une telle démarche prend aussi tout son sens industriel.

D’une part, elle permet aux constructeurs de limiter l’ingénierie et le nombre de pièces, mais aussi peut-être d’assurer un meilleur suivi des appareils en termes de mises à jour. Ce point reste d'ailleurs souvent problématique sur Android…

Android: la star
C’est d’ailleurs le système de Google qui a brillé pour la deuxième année consécutive à Barcelone étant donné que très peu de Windows Phone ont été présentés ou étaient visibles. Sans parler du reste. Et cela pour le plus grand bonheur du consommateur.

Grâce à la flexibilité de ce système, il est possible de produire des cellulaires avec des claviers (gamme Xperia), des projecteurs (Samsung Beam) ou encore capables de s’intégrer dans des tablettes (Asus Padfone). Sans parle des ardoises elles-même.

Au final, cette édition du MWC aura été riche et marquée par une nette montée en puissance des Chinois comme ZTE ou Huawei. Reste que l’industrie mobile doit encore trouver son chemin face à la montée en puissance continue d’Apple… Notamment sur le marché des tablettes...

Xavier Studer, de retour de Barcelone

3 commentaires: